Penser autrement le vieillissement

  • octobre 2014
  • 15X22
  • Broché
  • 272 pages
  • ISBN : 9782804702113
  • 32.00 €
  • ISBN version numérique : 9782804702434

Les prédictions concernant le nombre de personnes âgées qui souffriront de démence en 2050 suscitent de fréquentes annonces alarmistes, prévoyant un « tsunami » de cas qui submergerait les familles et les soignants et qui imposerait un fardeau économique insupportable à la société.

Afin de prévenir cette « crise de la démence », la position biomédicale dominante considère qu’il faut placer un maximum de moyens sur la recherche neurobiologique, le diagnostic et les traitements pharmacologiques, afin d’essayer de différer et, finalement, de guérir la démence.

Ce livre vise tout d’abord à expliquer le contexte social et culturel dans lequel s’est développée cette approche biomédicale de la démence, qui a conduit à une médicalisation croissante du vieillissement. Il a également pour objectif de décrire les limites de cette approche et de montrer en quoi le vieillissement cérébral et cognitif semble être modulé par de multiples facteurs (biomédicaux, psychologiques, sociaux, culturels, etc.), intervenant tout au long de la vie.

Les implications de ce changement de perspective sont ensuite identifiées. Pour les auteurs, il convient d’allouer davantage de ressources à la prévention et de développer des pratiques d’évaluation et d’intervention psychosociales qui prennent en compte les personnes âgées dans leur individualité. L’objectif ? Aider ces personnes à maintenir un sens à leur vie, un sentiment de bien-être et de dignité, ainsi qu’une véritable place dans la société. Ils préconisent également un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées.

Cet ouvrage engagé, qui défend une approche humaniste du vieillissement, se termine par un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées.

On en parle

Le 26 avril 2016, la Tribune de Genève a publié la lettre ouverte d’Anne-Claude Juillerat intitulée « Alzheimer, une autre approche. »
Lettre reprise sur le site de l’Association des Médecins du canton de Genève.

« Professeur de psychopathologie et de neuropsychologie aux universités de Genève et de Liège, Martial Van der Linden mène une étude critique du modèle biomédical dominant. Il a banni de son vocabulaire le terme “maladie d’Alzheimer” et ne parle plus que de “vieillissement cérébral cognitif problématique”. […] Avec la neuropsychologue Anne-Claude Juillerat Van der Linden, il a créé l’association Valoriser et intégrer pour vieillir autrement (VIVA), afin de promouvoir des mesures préventives du vieillissement cérébral basées sur l’intégration sociale et culturelle des personnes âgées. »
(Philippe Baqué, “Alzheimer, maladie politique. Les laboratoires à la manœuvre”, Le Monde Diplomatique, février 2016)
Lire l’article complet

« Une vision moderne qui se veut globale et respectueuse du vécu des patients, en adéquation avec le mouvement humaniste qui s’empare peu à peu de la pratique infirmière. Et là se trouve toute la quintessence de cet ouvrage dans lequel nous pouvons puiser engagement et force. »
(L’Infirmière Magazine, janvier 2016)

« Ce livre […] apporte un regard positiviste sur le vieillissement [et] s’appuie sur une littérature scientifique solide, d’abord destinée à des professionnels, des étudiants et des universitaires, même s’il est accessible à tous. […] Ce livre, qui au premier abord pourrait paraître polémique, constitue une présentation certes sélective, mais très riche, pour mieux comprendre la question du vieillissement cérébral, notamment au cours du très grand âge. »
(Emmanuel Monfort, Santé publique n°15, juillet-août 2015)

« "Arrêtons de parler de maladie !", nous disent Martial Van der Linden et Anne- Claude Juillerat Van der Linden. Ce couple de neuropsychologues genevois, qui vient de publier Penser autrement le vieillissement, entend combattre la vision apocalyptique du vieillissement. "On peut être heureux avec des problèmes de mémoire ! Même avec des troubles importants, les personnes gardent une identité et une capacité d’expression." L’ouvrage dénonce notamment la médicalisation croissante du vieillissement. »
(Astrid Jansen, M... Belgique, 12 juin 2015)

L’Observatoire a recensé l’ouvrage dans son numéro 83, paru en juin 2015 (page 76).

« Un humanisme face au vieillissement et une clarté de vue, qui pourrait élargir le modèle-même de la maladie dite d’Alzheimer. »
(Françoise Laeckmann, Wolvendael Magazine, 1 juin 2015)

« En dénonçant l’approche biomédicale classique, Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat s’insurgent du même coup contre une de ses conséquences : la stigmatisation du vieillissement nourrie de stéréotypes présentant une vision apocalyptique de la vieillesse et de ses troubles. »
(Philippe Lambert, Écho Magazine, 19 mars 2015)

« Dans [Penser autrement le vieillissement], deux neuropsychologues [défendent l’idée qu’] il faut rompre avec le mythe de l’immortalité et replacer la maladie d’Alzheimer dans le cadre du vieillissement normal. Ils plaident pour une prévention tout au long de la vie et pour une société "troubles cognitifs admis". »
(Philippe Lambert, Tempo Médical, 1 mars 2015)

« C’est à quelque 300 études scientifiques que se sont référés Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat pour rédiger Penser autrement le vieillissement, essai dans lequel ils donnent un souffle nouveau aux idées de Whitehouse et Georges en les développant et les affinant. »
(Philippe Lambert, Athéna, mars 2015)
Lire l’article complet

Le livre a été présenté dans le numéro de mars-avril 2015 de la revue Soins Gérontologie.

« La maladie d’Alzheimer n’aurait-elle pas de réalité propre ? Ne se différencierait-elle pas du vieillissement cérébral et cognitif normal, dont elle ne serait qu’une expression exacerbée ? Voilà assurément un changement de perspective qui heurte de front la position biomédicale dominante. C’est pourtant celle qu’assument le professeur Martial Van der Linden […] et Anne-Claude Juillerat dans un ouvrage intitulé Penser autrement le vieillissement. »
(Philippe Lambert, Reflexion, 20 février 2015)
Lire l’article complet

« Alzheimer. Halte à une politique absurde » : longue interview d’Anne-Claude Juillerat et Martial Van der Linden qui reviennent sur leur conception du vieillissement cérébral.
(Entretien avec Ronan Larvor, Le Télégramme, 14 février 2015)
Lire l’article complet

« Ce livre vise tout d’abord à expliquer le contexte social et culturel dans lequel s’est développée [l’] approche biomédicale de la démence, qui a conduit à une médicalisation croissante du vieillissement. Il a également pour objectif de décrire les limites de cette approche et de montrer en quoi le vieillissement cérébral et cognitif semble être modulé par de multiples facteurs [...], intervenant tout au long de la vie. »
(Directeurs au service des personnes âgées, février/mars 2015)

« Il faut être reconnaissant à Martial et Anne-Claude Vander Linden, deux neuropsychologues de grand talent, du combat qu’ils mènent contre le réductionnisme biomédical, en particulier contre l’essentialisme de la maladie d’Alzheimer. […] Nous ne pouvons qu’encourager tous les lecteurs de la revue à lire ce livre très riche pour notre pratique comme pour notre réflexion. »
(Christian Derouesné, Gériartrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement, décembre 2014)
Lire l’article complet (p. 460)

« On va retrouver dans leur ouvrage, et c’est sans surprise, et avec plaisir, l’humanisme face au vieillissement et une clarté de vue qui fait fi du modèle restreint de la maladie d’Alzheimer réduit à une atteinte cognitive dégénérative. »
(Philippe Thomas, La revue de gériatrie, novembre 2014)

« Car il s’agit d’abord d’une critique violente de la médicalisation des personnes âgées présentant des difficultés cognitives (diagnostic de maladie d’Alzheimer ou de démence). […] Ce livre aborde le vieillissement dans sa complexité et chaque personne âgée dans son individualité. Il propose des pistes concrètes pour aboutir à une autre approche du vieillissement, centré sur le bien être et la dignité. »
(Joëlle Chabert, Atouts Presse senior, 28 novembre 2014)
Lire l’article complet

Le livre a été présenté dans la revue de presse mensuelle de la Fondation Médéric Alzheimer.
Lire l’article complet

« Cet ouvrage engagé, qui défend une approche humaniste du vieillissement, se termine par un ensemble de réflexions sur les droits de la citoyenneté des personnes âgées. »
(Lettre mensuelle de la Fédération Nationale des Associations de Directeurs d’Établissements et services pour Personnes Âgées, novembre 2014)

« Le couple jette un pavé dans la mare et dénonce notamment ce qu’ils appellent l’empire alzheimer – le milieu biomédical inféodé aux pharmas – et la médicalisation croissante du vieillissement. Pourquoi asséner un diagnostic de maladie d’Alzheimer (MA) alors qu’il n’existe à ce jour aucun médicament efficace pour soigner ceux qui en sont atteints ? Le livre de 259 pages, qui fait référence à beaucoup d’études sur la question de la MA et de la démence, est passionnant et accessible au béotien, même s’il est destiné en premier lieu à des professionnels. [Entretien avec M. Van der Linden et A.-Cl. Juillerat Van der Linden.] »
(S. Pirolt, L’Hebdo, 13 novembre 2014)
Lire l’article complet

« Inédit en français, cet ouvrage défend une approche humaniste du vieillissement et développe des réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées. »
(Jacques Dentan, Gérontologie Information, automne 2014)

« Pour conclure, la démence [...] nous conduit à envisager les similitudes entre la manière dont nous vivons (dans une société « démente ») et la façon dont la personne ayant reçu un diagnostic de démence – mais aussi toute autre personne vulnérable (jeune ou âgée) – tente de s’intégrer dans ce monde : un monde qui valorise l’efficacité, l’individualisme et l’acquisition incessante d’habiletés cognitives au détriment de la compassion, de la solidarité et de l’engagement social. Ainsi, défendre une autre manière de penser le vieillissement, c’est aussi s’engager pour un autre type de société, dans laquelle la vulnérabilité, la différence et la finitude ont toute leur place ! »
(M. Van der Linden et A.-Cl. Juillerat Van der Linden, REISO, 10 novembre 2014)
Lire l’article complet

« Alzheimer : Changer de nom ? Telle est la question choc que posent Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden dans leur récent ouvrage Penser autrement le vieillissement. […] Les auteurs démontrent que le vieillissement cérébral et cognitif est un phénomène très complexe qui ne peut se réduire à des anomalies physiques. »
(Mediapart, "Blog de Daniel Carré", 6 novembre 2014)
Lire l’article complet
Cet article a été repris sur le site 66 millions d’impatients.

« Dans un essai fouillé mais accessible, les chercheurs Martial et Anne Claude Van der Linden mettent en garde contre “un fardeau économique insupportable” [et invitent à mobiliser la recherche en faveur de la guérison de cette démence], quitte à s’opposer au lobby pharmaceutique dont les dérives commerciales ne riment pas avec le bonheur social. L’approche humaniste du vieillissement de ces neuropsychologues genevois est aussi un appel à réfléchir sur la citoyenneté des personnes âgées. »
(Hervé Bertho, Ouest France, 26 octobre 2014)

« Par son sujet qui pourrait paraître presque tabou, ce livre de vulgarisation des études médicales sur le vieillissement est passionnant pour tout néophyte. Ce livre formidable nous amène à nous interroger sur la manipulation des grandes puissances économiques notament dans le secteur des laboratoires pharmaceutiques en matière de vieillissement. À force de vouloir s’acharner sur le côté froid et médical de la question, on en oublie à quel point vieillir est un phénomène naturel et non pas une fatalité. »
(France Net Infos, 26 octobre 2014)
Lire l’article complet

« La maladie d’Alzheimer n’existerait pas, ce serait même un mythe. C’est ce que pensent […] le professeur de psychologie Martial Van der Linden et son épouse Anne-Claude Juillerat qui publient Penser autrement le vieillissement. […] Mais alors si ce n’est pas une maladie, qu’est-ce que c’est ? […] La maladie d’Alzheimer est-elle une construction sociale ou pas ? La question peut être entendue. Aujourd’hui la priorité reste tout de même de pouvoir répondre aux problèmes des malades et de leurs proches et pour cela, effectivement il faut, peut-être, penser autrement le vieillissement. »
(Entretien avec Virginie Matter, RTS Radio, émission "Corpus", 22 octobre 2014)
Écouter toute l’émission

« Les éditions Mardaga viennent de publier Penser autrement le vieillissement, de Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden, un livre qui propose une approche différente du vieillissement et met en place un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées. À lire. »
(Senioractu.com, 21 octobre 2014)
Lire l’article complet

« Inédit en français, cet ouvrage engagé défend une approche humaniste du vieillissement, et développe un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées. »
(Capgeris, le portail des services aux personnes âgées, 9 octobre 2014)
Lire l’article complet

« Ils cherchent à mettre en musique leur credo : penser autrement le vieillissement, développer la prévention, les interventions psychosociales à côté de l’approche biomédicale dominante. Les nombreuses études qu’ils restituent montrent que l’on peut bien vivre avec une démence si l’environnement sait s’adapter, si les activités sont riches et ajustées (avec des approches comme Montessori, Réminiscence, Jardins, les créations artistiques...) dans une "Ville intergénérationnelle." »
(AgeVillagePro.com, 8 octobre 2014)
Lire l’article complet

Le livre a été présenté sur le site Orthomalin.
Lire l’article complet

Le livre a été présenté sur le site de la revue en ligne REISO.
Lire l’article complet

« Comment respecter, sans les mettre en danger, l’autonomie des personnes atteintes de dégénérescences du type Alzheimer, qui seraient environ 850 000 en France ? Le professeur Martial Van der Linden affiche une position décapante sur la question. [...] Ce neuropsychologue suisse a analysé l’ensemble des études mondiales sur la prise en charge des personnes souffrant de troubles de la mémoire et il dénonce avant tout un excès de diagnostics [...]. [Il] estime que si l’on veut vraiment respecter les personnes âgées, il faut radicalement cesser de considérer le vieillissement et, en particulier le vieillissement cérébral, "comme une pathologie". »
(Sophie Laurant, Pélerin magazine, 18 septembre 2014)