Alfred Blondel, sculpteur dans l’âme

Accueil » Actualités » Alfred Blondel, sculpteur dans l’âme

«  Au commencement, il y a un artiste. Et une femme. Et de la glaise. Et puis viennent des poses et des dessins et des modelages. Et au bout de tout cela, une transmission. Et donc un mystère. Car le modèle s’en va, la sculpture s’en vient, mais pour un moment. Elle va quitter l’artiste, elle aussi. […] Je crois, oui, qu’en nous offrant ses sculptures, Alfred Blondel nous partage une histoire, il nous livre un étonnement, il nous communique une admiration et, surtout, il nous passe le relais. »
– Gabriel Ringlet

Une éducation bourgeoise traditionnelle, de « bonnes études », un début de vie professionnelle aux États-Unis, une carrière remplie : rien ne laisse présager du parcours artistique d’Alfred Blondel.

Rien ? C’est compter sans l’atavisme, sa curiosité naturelle et l’intuition de son épouse !

Un milieu familial très perméable au monde artistique et qui compte en son sein des personnalités aussi importantes qu’Eugène et Anna Boch, une curiosité éveillée dès l’enfance pour la technique et les œuvres de l’Antiquité et enfin les encouragements et la confiance d’une épouse attentive sont sans aucun doute les grands déclencheurs du parcours atypique d’Alfred Blondel.

S’engage ainsi, dès 1980, un long périple qui, de stages en académies, d’heures volées à la vie professionnelle en longues séances de travail dans son atelier, verra progressivement émerger Alfred Blondel, sculpteur.

Ce parcours est jalonné de rencontres fondatrices : Coleen, Kâli, Stéphanne, Doriane, Agnès, Cassandre, Cathleen, Julie, Sophie… Autant de modèles – près de 170 ! – qui aideront l’artiste à construire le sens de son œuvre, au cœur de laquelle se trouve « la femme », dans toutes ses attitudes et expressions, spontanées, sereines, naturelles.

Et pour pouvoir mieux restituer la vérité de ses modèles, il s’affranchit des contraintes artisanales de la sculpture traditionnelle et développe une technique personnelle, originale, qui donne toute sa place à la création.

Un destin hors normes donc, à tous points de vue.

17 février 2017|Uncategorized|