Carte blanche donnée à Gabrielle Lefèvre sur les conclusions de la COP21

Accueil » Actualités » Carte blanche donnée à Gabrielle Lefèvre sur les conclusions de la COP21

Le drame vécu par la région de Charleroi en raison du départ de Caterpillar fait écho aux nombreuses tragédies qui ont frappé des régions entières d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie : les agissements peu scrupuleux de certaines multinationales qui pompent non seulement les ressources locales mais aussi le savoir-faire des travailleurs, souvent aidées par des gouvernements peu regardants sur les règles de la démocratie.

Le rachat de Monsanto par Bayer n’éclipse pas les pratiques commerciales brutales et dangereuses de cette firme responsable non seulement de l’usage de dangereux herbicides, comme l’« agent orange » pendant la guerre du Vietnam, mais aussi comme le glyphosate (Roundup) dont les ravages causés à l’environnement agricole sont bien connus.

Comment lutter contre ces monstres économiques qui tentent d’affaiblir les normes protégeant notre mieux vivre européen par le biais de traités de libre-échange léonins pour les peuples et juteux pour les grandes entreprises ?

La mobilisation citoyenne peut parfaitement être aidée par les armes du droit. C’est ce explique et démontre le livre Juger les multinationales, signé par Eric David, président du Centre de droit international de l’ULB, et par Gabrielle Lefèvre, journaliste spécialisée dans les problèmes de développement.


 
Gabrielle Lefèvre
Journaliste et auteur, avec Eric David, du livre Juger les multinationales, éd. Mardaga/GRIP, octobre 2015. Préface et dédicace de Jean Ziegler et de Ken Loach.

*Le 17 décembre 2015, le site ActuaLitté a partagé la précédente carte blanche de Gabrielle Lefèvre sur les conclusions de la COP21.

17 février 2017|Uncategorized|
[i]
[i]