Démocratiser la diplomatie : 3 questions à Raoul Delcorde

Accueil » Actualités » Démocratiser la diplomatie : 3 questions à Raoul Delcorde

Le 21 décembre 2018, Sa Majesté le Roi Philippe de Belgique acceptait la démission du Premier ministre, Charles Michel, et de son gouvernement. Depuis, ce dernier est entré en affaires courantes. Il en sera ainsi jusqu’aux élections du 26 mai prochain. En écho à cette actualité, nous avons posé trois questions à Raoul Delcorde, Ambassadeur belge et auteur de l’ouvrage Les diplomates belges.

Qui est l’auteur derrière Les diplomates belges ? Quel diplomate belge êtes-vous ?

Raoul Delcorde : Je suis un diplomate avec un fort ancrage académique. Ma carrière diplomatique s’étend sur plus de 30 ans et s’est déployée en bonne part sur le continent européen (Autriche, Suède, Pologne) et sur le continent nord-américain (New York/ONU et Washington, puis le Canada). J’ai été ambassadeur dans des postes à fort coefficient économique et culturel, avec un solide rayonnement régional : Stockholm, Varsovie et Ottawa. Mais je n’ai jamais négligé ma fibre académique. J’ai fait un doctorat en sciences politiques tout en étant en poste à Islamabad puis à New York et j’ai pu donner cours en Études européennes à l’UCLouvain à partir des années 1990, sans discontinuer. J’ai également une série de publications à mon actif et on pourrait me ranger dans la catégorie des diplomates-écrivains ou des diplomates-académiciens puisque je suis depuis 2018 membre de l’Académie Royale de Belgique et de l’Académie des sciences d’outre-mer à Paris, ce dont je suis très honoré. Ainsi se poursuit cette carrière mêlant la diplomatie et le travail universitaire, la diplomatie et l’écriture, l’une irriguant sans cesse l’autre, et permettant ainsi une hybridation intellectuelle originale.

Il y a 8 ou 9 ans, je n’imaginais pas que j’aurais un compte Twitter.

Votre ouvrage est paru en 2010. Depuis, la Belgique a changé. Si vous deviez ajouter un chapitre à votre ouvrage, que contiendrait-il ?

R.D. : Si je devais ajouter un chapitre à mon livre, il serait sans doute consacré à la diplomatie publique et aux changements que procurent les nouvelles technologies de l’information et de communication (blogs, Twitter, Facebook), qui sont autant d’instruments de ce que l’on appelle aujourd’hui le soft power. Il y a 8 ou 9 ans, je n’imaginais pas que j’aurais un compte Twitter… Aujourd’hui, on peut dire que le faire savoir est aussi important que le savoir-faire. C’est pourquoi la diplomatie sort maintenant des salons feutrés des ambassades pour s’adresser à la société civile, dans toute sa diversité. Et ainsi la communication du Web 2.0 rapproche le citoyen de la diplomatie qui devient véritablement publique.

La communication du Web 2.0 rapproche le citoyen de la diplomatie qui devient véritablement publique.

Comment s’inscrit votre livre dans le contexte socio-politique actuel ?

R.D. : Ce livre s’inscrit dans la pratique des fonctions régaliennes de l’État belge depuis 1830. Un État ne peut exister sans politique étrangère et donc sans diplomatie. L’État belge a subi des évolutions, mais n’ont jamais été remis en question les grands axes de notre politique étrangère : rester un membre actif d’ententes internationales fondées sur des règles de coopération multilatérales ; offrir au sein de ces organisations une diplomatie du compromis et des bons offices ; soutenir nos exportateurs sur tous les marchés extérieurs du fait même du caractère très ouvert de notre économie. À cela s’ajoute un soutien constant à la construction européenne, avec des figures de premier plan, de Paul-Henri Spaak à Herman Van Rompuy.

 

Pour aller plus loin :

 

Les diplomates belges, Raoul Delcorde

Relié, 208 pages, 60,00 €

Éditions Mardaga, 2010

 

 

Anti-mémoires, Herman Van Rompuy

Broché | 144 pages | 19,90 €

Éditions Mardaga, 2018

 

 

 

 

Philippe de Belgique

Broché | 160 pages | 20,00 €

Éditions Mardaga, 2013

 

 

Les affaires étrangères, Rik Coolsaet, Claude Roosens, Vincent Dujardin

Broché | 440 pages | 49,00 €

Éditions Mardaga, 2014

 

 

7 janvier 2019|3 questions à|